La crise sanitaire et son impact sur nos commerçants locaux, voyons ça de plus près.

Les catastrophes peuvent entraîner des revers majeurs pour les entreprises et donc impacter son business. En effet, nous considérons généralement les catastrophes comme des catastrophes naturelles (les tornades, les tsunamis, les ouragans, les tremblements de terre etc …). Cependant, l’épidémie de la COVID-19 est et devrait être classée comme une catastrophe. Bien évidemment, cette catastrophe sanitaire a eu et a encore un énorme impact sur le commerce mondial avec des effets dévastateurs.

Si une entreprise n’a pas de plan de sauvegarde préparé pour protéger ses employés et protéger ses actifs, la reprise des activités peut prendre beaucoup plus de temps que prévu. Il est également important d’élaborer un plan de continuité des activités en variant son business-modèle afin d’assurer la continuité des activités et maintenir un lien avec votre clientèle.

La pandémie de la Covid-19 et la crise économique actuelle dans le monde,  ont provoqué  des réelles opportunités uniques pour rendre les modèles économiques et sociaux plus résilient pour chaque commerçant. Des belles opportunités peuvent être saisies, comme l’accélération de la digitalisation et l’optimisation de la performance des entreprises locales (par la fidélité).

L’impact de la crise sur les consommateurs et les commerçants locaux :

L’impact de la crise sanitaire sur le consommateur :

Durant cette année 2020-2021, nous avons connu une crise sanitaire sans précédent. À  cause de cela, nous avons dû affronter deux confinements nationaux qui ont engendré la fermeture des commerces . Mais ces confinements ne sont pas sans répercussions, en effet, nous constatons un changement de comportement chez les consommateurs. Voyons ensemble quel est donc ce changement d’habitude. 

Dans un premier temps, faire les courses n’est plus un plaisir, en effet les consommateurs se déplacent seulement dans un but d’acheter des produits précis, les courses ne sont donc plus un moyen de distraction. Nous constatons que le ratio fréquentation/achat a augmenté. Cette augmentation découle du changement de comportement des consommateurs. En réalité, ils consomment réfléchis. Ce qui veut dire que leurs achats sont calculés afin de limiter le temps passé en magasin, ce comportement découle de la peur d’être contaminé par le virus. De ce fait, nous remarquons que le panier moyen est donc plus conséquent, car leur fréquence d’achat a diminué. Hélas, tous les achats compulsifs connaissent une diminution de la consommation. 

Alors moins de consommation : 

Comment expliquer cela ? Dans un second temps, les acheteurs ne consomment plus les mêmes produits. Les secteurs du jardinage et du sport ont constaté une augmentation de leurs ventes. En effet, les consommateurs achètent des produits permettant de les divertir et de rester en bonne santé durant cette période qui fut compliquée. À contrario, les clients consomment moins de textile, d’une part car les commerces ont fermé, mais aussi car nous étions confinés, nous n’avions donc pas le besoin de s’habiller.

Dans un troisième temps, les consommateurs utilisent davantage les outils technologiques mis à leurs dispositions, nous avons vu l’essor des drives avec une augmentation de consommation de 55% sur une même période. En effet, certaines de ces plateformes d’achats ont connu des ruptures de stocks, dû à une forte demande. Ainsi, nous remarquons sur la période de mars à mai une évolution de 37%, par rapport à 2019. De plus, les consommations en ligne liées au divertissement ont permis une déconcentration du marché. Les acheteurs ont prôné d’autres plateformes, comme la Fnac, Darty ou encore Boulanger. À cause de cela, Amazon a perdu 8.1 points par rapport aux enseignes citées ci-dessus. Pour cause, les consommateurs préconisent l’utilisation de ces plateformes afin d’éviter le contact avec les personnes extérieures.

L’impact de la crise sanitaire sur nos commerçants locaux :

À l’été 2020, les magasins et commerces ont finalement ouvert leurs portes au public après la levée des restrictions concernant les mesures sanitaires prises par le gouvernement. Cependant, le trafic des magasins physiques a diminué de 20% à 30% par rapport à la même période l’an dernier. Les gens ont peur de se retrouver dans des endroits bondés du fait du virus qui circule.

Certains magasins ont encore des dispositions réglementées même voire interdites comme :  pas d’accès aux vestiaires, cabine d’essayage, des réservations à l’avance, les restaurateurs doivent limiter le nombre de personnes dans leurs établissements, fermeture des restaurantsAutant de facteurs qui peuvent être problématiques pour l’économie du commerce local. Cette crise sanitaire a eu un énorme impact sur nos commerçants locaux : 

L’industrie du tourisme :

Ce secteur économique international n’existe plus depuis plusieurs mois. En effet, la crise a eu un impact très négatif sur plusieurs zones touristiques importantes. Mais aussi, et vous vous en doutez bien, dans le domaine culturel et événementiel qui est aussi un secteur touché par cette crise du fait des regroupements de personnes. 

L’industrie du textile et la restauration:

Nous avons remarqué qu’au cours des six premiers mois de 2020, le chiffre d’affaires dans ce secteur a baissé de 35,5%. Le secteur de la restauration a lui chuté de 45%. Ce sont aussi deux domaines que la crise n’a pas épargné. Seul la levé des restrictions permettra de combler ces manques, mais même si les restrictions sont levées, elles peuvent encore être rétablies.

Bien sûr, après avoir fait ces constats aujourd’hui, l’enjeu est de réellement comprendre comment ces nouvelles habitudes de consommation affectent l’avenir de nos commerces. Comment cette crise sanitaire a impacté nos commerçants locaux ? Il va falloir réussir à prévoir les conséquences afin d’épauler nos entreprises à se redresser.  

Les actions des bailleurs :

Lors de cette longue période de confinement en Mars et en Novembre, nous sommes en droit de nous poser cette question. Les entreprises peuvent-elles renoncer à une partie du loyer face à leurs propriétaires ? Les loyers des commerçants représentent 10 à 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Par conséquent, pour la plupart des entreprises, le prix du loyer est devenu trop important pour surmonter les maigres profits pendant la crise, ce qui est presque inévitable. Malheureusement, aujourd’hui, nos commerçants locaux les plus chanceux sont soutenus par leurs propriétaires qui sont très compréhensifs.

De plus qu’en est-il des actions du gouvernement ?

Le gouvernement a pris plusieurs mesures efficaces pour aider les très petites et moyennes entreprises à faire face à cette crise sanitaire. Malheureusement, pour que le plan prenne effet, il doit pouvoir couvrir des entreprises de toutes tailles, mais ce n’est pas le cas. Il y a forcément des enjeux économiques, mais pas seulement puisqu’ils sont aussi sociaux.

Dans certaines régions, la fermeture de grands magasins peut entraîner une réduction d’un grand nombre d’emplois et réduire considérablement les conditions socio-économiques du territoire. Bien entendu, le soutien de l’État aux commerçants jouera un rôle décisif à tous les niveaux dans les mois à venir pour la survie du commerce local. Oui en effet, la pandémie de la crise du COVID-19 a eu un impact majeur sur la santé des entreprises en France. Elles sont dans une situation plus délicate que jamais avec un avenir beaucoup plus incertain. En effet, surtout parce que de nombreuses interrogations entravent le développement futur de notre commerce.

La nouvelle technologies notre alliée face au covid

Les nouvelles techniques de ventes :

L’impact de la crise sanitaire sur les commerçants locaux ainsi que le confinement ont accentué l’enracinement du e-commerce, et les commerces ont dû faire face à cette montée en flèche. Afin d’affronter le confinement, les entreprises ont dû mettre en place des nouvelles techniques de ventes, le commerce en ligne a connu une augmentation de 41%. Malheureusement, les commerces non alimentaires dépendant d’un point de vente physique ont eu une chute brutale de leurs activités. C’est pour cela qu’il a été nécessaire pour eux d’utiliser de nouvelles techniques de ventes en s’implantant sur internet. Ces techniques de ventes se traduisent par le click and collect et le driving.

– Le click and collect :

Le principe du click and collect est de récupérer votre commande en ligne directement en magasin en payant depuis chez vous. En utilisant cette technique vous vous acquitterez des frais de ports et vous évitez du coup de vous présenter en magasin. De plus, cela permet de vérifier si le commerce possède en magasin le produit convoité et donc éviter un trajet inutile. 

Également, vous bénéficierez d’une gamme de produits plus large sur le site internet du commerçant puisque vous bénéficiez de l’ensemble du catalogue. Favoriser le click and collect peut vous permettre de consommer local avec les magasins qui pratiquent cette technique. Des communes ont développé des cartes recensant les magasins utilisant le click and collect.

Par ailleurs, cette manière de consommer vous laisse les mêmes droits qu’un achat en ligne et livré, en effet, l’achat en ligne vous fait valoir le même droit de rétraction d’après l’article L. 121-16 du Code de la consommation: « tout contrat conclu entre un professionnel et un consommateur […] sans la présence physique simultanée du professionnel et du consommateur, par le recours exclusif à une ou plusieurs techniques de communication à distance » est considéré comme un contrat à distance.

Vous pouvez donc bénéficier d’un droit de rétractation de 14 jours. Évidemment, cette loi est valable sur les produits non-alimentaires.

– Le Drive :

Le drive repose sur le même principe que le click and collect, seulement cette technique dépend du commerce alimentaire. Vous n’avez donc pas le droit à une rétraction surtout en période épidémique. Avec le drive, vous restez dans votre voiture et vos produits sont directement mis dans votre coffre.

Généralement, les hypermarchés possèdent des points de vente en drive à proximité de leurs magasins ou non. Certaines enseignes implantent des drive là où ils n’ont pas de magasin physique. Plus communément appelé le “drive solo”.

De plus, cette méthode s’avère efficace car les consommateurs peuvent définir la date et l’heure de la récupération des courses. Ce point n’est pas négligeable pour les personnes n’ayant pas le temps de faire leurs courses et permet aux consommateurs d’opter pour le retrait en magasin.

Ce dernier est plus efficace en termes de temps et évite la propagation du virus, ce qui rassure davantage le consommateur. Lors de ces achats en ligne le consommateur peut toujours bénéficier de promotions liées au programme de fidélité. Et cela même chez les commerçants locaux.

Les commerçants locaux peuvent utiliser un programme de fidélité comme celui de Fidly, par exemple.

drive fidly

La crise sanitaire et Fidly : 

Alors que le monde unit ses forces pour essayer de contenir la crise sanitaire actuelle de la COVID-19, les entreprises s’inquiètent de l’impact que les événements peuvent avoir sur la relation avec leurs clients.

Il est donc judicieux de se demander si la fidélité et la confiance des clients ne seraient pas un bon moyen de pérenniser son activité (mises à l’épreuve de son entreprise ?) Les entreprises veulent continuer à offrir une excellente valeur à leurs clients et elles veulent renouer avec la croissance dès que possible après la levée de la crise.

Le moment est donc venu pour les commerces de se tourner vers  l’avenir de la digitalisation afin de maintenir les “comptes de l’entreprise”. Tout simplement, en essayant potentiellement de survivre à cette crise sanitaire avec nos commerçants locaux.

Quelles peuvent être les nouvelles façons innovantes de se relancer sur le marché dès maintenant et qui répondront aux besoins des clients ? Il faut donc informer les commerçants, que la fidélité des clients, dans la période actuelle, va être indispensable pour la survie des commerces.

Pour cela nous avons votre solution miracle, eh oui ! Il s’agit bien de notre solution de fidélité innovante. Fidly, est une solution de fidélité pour les commerçants mais aussi pour les utilisateurs, en effet, elle est très polyvalente sur différents aspects de la fidélisation. J’avais déjà évoqué le fonctionnement de ce programme dans un autre article, cependant je vais quand même, ici, rentrer un peu plus dans le détail.

Programme de fidélité Fidly : 

C’est à la fois un atout et une opportunité pour les commerçants puisque il s’agit véritablement d’un programme innovant proposant une solution qui va garantir la fidélité de vos clients. Mais alors comment ?  Une fois le programme de fidélité Fidly mis en place dans l’entreprise, les clients pourront bénéficier de l’application téléchargeable sur toutes les plateformes. Ainsi, il sera possible de cumuler des points de fidélité chez leurs commerçants préférés.

Mais alors quel est l’avantage pour le commerçant, vous me direz ?  Et bien le client aura donc deux opportunités :  consommer ses points de fidélité dans votre commerce ou alors d’échanger avec leurs amis ou/et famille. Alors, ce “ trafic”, cet échange autrement dit, de points entre utilisateurs et une vraie monnaie. Elle va inciter à consommer local chez les commerçants de la ville. Ainsi, chaque entreprise n’aura plus de besoin de se soucier de la façon dont le concurrent gère la fidélité de ses clients.

Bien entendu, le commerçant bénéficie d’un tableau de bord spécialement dédié à son commerce. En effet, celui-ci permettra donc de mieux gérer, de mieux analyser les comportements des clients afin de réagir et donc d’adapter la meilleure stratégie possible. Cette interface, traduite via un tableau de bord, est réfléchie pour faciliter la compréhension de l’utilisateur. Fidly est une start-up innovante qui accompagne chaque commerce sur sa réussite !

Retrouvez tous nos articles sur le site sur la rubrique blog. Suivez nous sur nos réseaux sociaux :